Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

Y ferme pas ses tiroirs

IMG_5626J’entre dans la chambre et encore une fois, il n’a pas fermé ses tiroirs! Pourtant je ne comprends pas, ça saute au visage dès qu’on ouvre la porte! C’est automatique, j’entre dans la chambre et je le vois, il n’a pas fermé ses tiroirs.
Selon moi… à mon HUMBLE avis, ce n’est pas ce qu’il y a de plus difficile à faire. Si on est en mesure d’ouvrir un tiroir, un petit coup de poignet et le voici fermé. Ce n’est pas grand-chose, un simple détail, mais les petits détails changent une vie. Et parmi ces petits détails, il y a le fait qu’il n’a pas fermé ses tiroirs. Et puis je pense, je réfléchis et me rappelle…

L’autre jour, mon fer plat a brisé, il ne fonctionnait juste plus. Il me destinait à avoir les cheveux fourchus durant les heures à suivre et c’est avec un léger cri de petite fille en panique qui se prépare pour une soirée qu’un “chériiiiiiii mon fer plat a lâché!!!!!!!” est sorti de ma bouche en peur. Il a pris ledit fer, l’a apporté dans sa pièce, communément appeler “son garage”, et l’a réparé en quelques instants. “Tiens voilà ma belle, il fonctionne maintenant”. Ce jour-là, il m’a sauvé la vie, mais ce matin, il n’a pas fermé son tiroir. C’est pas qu’on peut s’accrocher dedans, c’est juste qu’une légère poussée et ce serait réglé!

Hier, j’avais le plus gros rhume de la terre. Lorsque j’ai finalement mis les pieds dans la maison, il m’a pris dans ses bras, m’a flatté longuement le dos et m’a dit d’aller me coucher pour reprendre des forces. “Les enfants, on va donner un ti break à maman ce soir”. Je suis arrivée dans un état complètement léthargique dans la chambre et je l’avoue, j’ai même pas remarqué les tiroirs.

Presqu’à chaque soir, je le vois aller par terre pour jouer et faire rire nos enfants jusqu’à ce que ceux-ci clament pour une pause. Il ne le fait pas pour être gentil, ni pour bien paraître, il le fait parce qu’il aime être avec eux et mettre du bonheur dans leur journée. À chaque fois que j’assiste à cette scène, mon coeur se remplit d’amour. À chaque fois, les tiroirs sont bien loin de nous.

Il y a quelques années maintenant, j’étais couchée dans ce lit d’hôpital, dans un état indescriptible. Tous me regardaient avec pitié se disant que la vie ne me la donnait pas facile. Lui, il me faisait rire. Malgré mon corps enflé et désastreux, il cherchait ce sourire qui m’est propre et cette complicité qui nous unit. Il était là de secondes en secondes pour me tenir la main, retenir un cri ou réconforter mon coeur en miette. Tout notre linge tenait dans une valise. Cette semaine-là, il n’y avait donc pas de tiroirs.

À travers le temps, les années, j’ai gagné, perdu et regagné du poids. Des petits trous ont pris place dans mes cuisses et mes fesses. Des petites rondeurs inconnues sont venues prendre domicile dans mon visage. Les cernes se sont accentués et des chemins se sont tracés tout autour de mes yeux. J’ai même commencé à trouver des cheveux blancs brillants sur ma tête. Et pourtant… Pourtant presque chaque jour il me répète comme je suis belle et parfois même sexy. Pourtant il réussit à me donner cette impression que j’ai encore 20 ans et une taille à faire rêver. Pourtant à travers ses yeux je me sens revivre et plus flamboyante que jamais! Et chaque fois que ces petits moments se présentent, j’ai simplement envie de faire un petit clin d’oeil au tiroir.

Depuis maintenant plusieurs années, il me fait croire en l’amour, le vrai, le bon. Il me montre que les montagnes russes ne constituent pas une fin, mais un chemin à suivre. Il me tend la main en me laissant croire qu’ensemble, tout est possible. Il me prête son épaule lorsque la vie est trop dure et s’acharne. Il ouvre ses bras pour me donner ma dose quotidienne de douceurs et d’amour. Il me tend ses lèvres et parfois… elles goûtent la première fois. Et lorsque l’on se crie des bêtises et qu’on s’aime moins, il y a au fond de son regard cette petite étincelle qui m’est destinée seulement à moi.

Et encore une fois, j’entre dans la chambre et je les vois… Il n’a pas fermé ses tiroirs. J’avance vers eux et tranquillement, un sourire s’installe sur mon visage. Alors je vais simplement leur tendre la main et les pousser les uns après les autres. Il n’a pas fermé ses tiroirs parce que ce matin il était là. Parce qu’il a dormi à mes côtés et m’a légèrement embrassé le front avant de partir. Il n’a pas fermé ses tiroirs parce qu’il était là, et pour moi, c’est tout d’un coup ce qu’il y a de plus beau. Il n’a pas fermé ses tiroirs et je me surprends à rêver de les fermer pour lui encore longtemps.

– Geneviève

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*