Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

Maman est malade

Une maman, ça n’a pas vraiment l’droit d’être malade. Une grippe, une gastro, peu importe le méchant virus, si elle est h/s, la maisonnée est presque dysfonctionnelle. Oui, les papas sont là, présents, et aident je ne dis pas le contraire! Mais dans une famille, maman représente un peu le baromètre et contribue à un bel équilibre. Si elle va, tout va…

__________________________________________________________________________________.

Ma puce, maman ne va pas très bien. Elle a dans son corps des choses qui ne tournent pas rond. Elle souffre et elle a plein de symptômes qui indiquent que quelque chose d’assez grave se passe. Mais tu es si jeune, tu ne peux pas tout comprendre. Tu ne peux pas imaginer une vie sans ta maman et c’est très bien comme ça! Tu sais mon amour, dans la normalité des choses, si la vie suit un cours plutôt ordinaire, maman partira avant toi. Ça fait partie de la triste réalité de notre existence. Mais s’il vous plaît, pas là… pas maintenant?

J’ai suivi une batterie de tests dont une échographie. Ça m’a rappelé tellement de merveilleux souvenirs! La dernière fois où cette petite sonde a scruté mon abdomen, tu étais là à l’intérieur de moi bien au chaud dans mon ventre et je t’aimais déjà si fort! C’est fou de ne pas connaître quelqu’un et ressentir cette émotion d’amour intense. Quand on entend ”échographie”, c’est souvent associé à la grossesse, mais ce test sert aussi à regarder les autres organes du corps humain. C’est un peu le premier examen à passer quand on a mal quelque part. Tu sais, je fais souvent des blagues et je ris fort spécialement quand je suis nerveuse. Alors, imagine un peu l’ambiance comique qui régnait dans cette fameuse salle d’écho! Jamais je ne me suis sentie aussi stressée. Je savais que je vivais quelque chose de grave, mais quoi? Nous allions bientôt le découvrir. Lorsque l’échographie générale s’est terminée, la radiologiste m’a regardé avec un demi-sourire. Elle m’a lancé un regard rempli d’empathie que je ne voulais pas vraiment recevoir. Et elle a dit ces mots ” Je suis désolée… je vous souhaite bonne chance… ” En sortant de la salle, je me suis redirigée vers le bureau du médecin. Je ne me souviens pas d’avoir avancé. Il me semble que je flottais dans une bulle brumeuse. J’avais le cerveau sur le mode : cruise control.

Arrivée dans le petit bureau, j’attends avec ton papa. Le médecin arrive enfin, mais il ne me regarde pas vraiment. Le diagnostic tombe. J’aurai des médicaments réguliers à prendre et des effets secondaires un peu plates peuvent survenir. Le docteur nous explique tout ça toutefois j’écoute à demi-mot. Je veux comprendre ce qu’il me dit, car je veux faire ce qu’il faut pour guérir, mais c’est plus fort que moi. Je pars dans ma tête et mes pensées! Ton papa est là, il m’accompagne et par chance, car je me sens faible, j’ai un vertige et la nausée. Je pense immédiatement et seulement à toi. Tu ne peux pas perdre ta maman, tu ne m’as pas assez connu! Une larme coule dès lors sur ma joue. Si je pars maintenant, je ne t’aurai pas transmis tout ce que je voulais te donner, c’est beaucoup trop tôt.

Pendant les mois qui ont suivi, nous avions l’impression d’avoir un nouveau-né à la maison tellement la fatigue état prenante! Papa a pris soin de maman, elle qui se réveillait aux 2h la nuit, le corps tordu de douleurs. Par chance, il a pu prendre un congé de son travail. Okay, le budget en a souffert, mais ça, tu n’as pas à le savoir! Ce qu’on veut te montrer, c’est qu’on prend soin de nous en tant que famille, peu importe le prix. De plus, si on est ensemble et qu’on aide ceux qu’on aime, qu’est-ce que l’argent?

Six mois de traitements, de soins et de peur de ne pas me réveiller le lendemain matin. Mais voilà, il est enfin arrivé! Le rendez-vous de suivi qui m’annonce que je suis hors danger de mort! Quel soulagement! Mais il restera tout de même une toute petite pensée que ma santé sera à tout jamais fragile. Je me demande quelquefois quand je retomberai malade. Je me sens comme si j’avais l’épée de Damoclès au-dessus de la tête. Puis je me secoue et j’éloigne ces mauvaises réflexions loin, loin!  C’est merveilleux, je vis avec toi et je serai là pour encore bien des années! J’ai confiance!

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*