Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

Pénis n’est pas un mauvais mot

Qu’on se le dise une fois pour toute, pénis n’est pas un mauvais mot. L’autre jour, j’étais à l’école de ma fille et un petit garçon dans le corridor a dit : « Il m’a frappé sur mon pénis. » J’ai automatiquement entendu les enfants dirent : « Il a dit pénis », « il a dit un mauvais mot ». Ça m’a complètement sauté au visage. Ma fille est venue me voir en me disant : « Maman, est-ce que pénis c’est un mauvais mot? ». Elle, elle ne comprenait pas. C’est parce que chez nous à la maison, un pénis ça s’appelle un pénis et une vulve c’est une vulve. Elle n’a pas entendu parler de zizi, de cricuit, de quéquette, de « parties » ou de « chose dont on ne doit pas prononcer le nom », elle a entendu pénis.

Chez nous, les filles ont une vulve et les garçons ont un pénis. D’ailleurs, les filles ont aussi des épaules et les garçons ont des genoux. Ces mots, ce sont des membres du corps humain et les nommer ne nous fait pas dire quelque chose de sale, de laids ou de pas beau. Lorsque j’ai entendu la phrase dans du petit garçon dans le corridor, j’ai compris qu’il s’était fait mal. Ma fille aussi. En fait, j’ai compris qu’il s’était fait mal et même compris où il s’était fait mal. Comme s’il avait dit « Il m’a frappé sur mon front ». C’est clair, on a tout de suite l’image en tête.

Mais pourquoi donc en faire un texte? Simplement moi parce que lorsque j’entends cette réflexion de la part d’adulte face aux enfants, quelque chose de négatif résonne dans ma tête. Indiquer qu’utiliser les vrais noms des parties génitales est mal, mauvais, sale est d’apprendre à un enfant si petit que ce qui entoure la sexualité est mal, caché et ne doit être dit. Oui les enfants utilisent ces mots pour provoquer et faire rire parfois. Et pourquoi? Parce que cela apporte une réaction chez l’adulte faisant réalisé à l’enfant que dire pénis, ça choque. Comme si pénis était une insulte.

Vous me direz que c’est bien beau tout cela, mais on fait quoi lorsque des enfants utilisent ce mot pour « niaiser ». Je vous dirais simplement de dédramatiser la situation. « Haaaaaaaaaaa, il a dit pénis » (entendre ici le rire d’enfant moqueur qui se cache la bouche avec sa main!). « Oui, j’ai entendu, mais je ne comprends pas ce qu’il y a de drôle? » (Sur un ton très neutre comme si on avait dit épaule). Et vous pouvez continuer ainsi pour le reste de la conversation. Il faut simplement neutraliser le plaisir à dire le mot et plus de parents le feront, plus le mot sera utilisé au bon moment pour les bonnes raisons. Ne vous en faites pas, je suis consciente que pénis et épaule n’ont pas 100% la même signification et qu’on ne peut pas toucher aux parties intimes d’une personne comme on lui touche l’épaule, mais ça, c’est une autre discussion!

Apprendre aux enfants à utiliser les bons mots, éviter le malaise lorsqu’un thème touchant de près ou de loin la sexualité est abordée, neutraliser les fous rires entre enfants lorsqu’ils tombent sur une image du corps humain. Tout cela, c’est beaucoup plus simple que vous croyez. Je vous le jure, essayer. Et surtout, n’oubliez pas que pénis, ce n’est pas un « mauvais » mot, c’est simplement une partie du corps humain.

– Geneviève

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*