Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

Qui prend mari prend pays

Avec un titre comme celui-là on s’entend que ça donne le ton. Vous savez exactement de quoi il est question ici. Laissez-moi vous dire que cette petite phrase simple dépourvue de malice, en est une grande, vide de sens. Elle fait partie des belles petites phrases toutes faites que les gens utilisent généralement quand ils ne savent pas quoi dire. Tsé du genre : « Ah vous êtes jeunes, vous allez en avoir d’autres! » suite à la perte d’un bébé; ou encore « Un de perdu, dix de retrouvés! »,  qui se passe d’explication; attendez… ou encore la petite phrase remplie d’empathie « Il est beaucoup mieux où il est maintenant! » Vous voyez le genre? Toutes ces petites phrases qui semblent insignifiantes ont une grande portée. Elles minimisent notre peine, notre courage, notre colère, nos émotions… En plus, mal faite de même, on cherche ensuite à se justifier. Bin oui toé, à se justifier!!! « Oui, mais moi c’est ce bébé là que je voulais! »; « C’était l’amour de ma vie cet homme! »; « C’est ici que je voulais qu’il soit bien moi, pas là-haut! ».

Donc quand on m’a dit « Qui prend mari prend pays! », on a minimisé tous les sacrifices que j’ai fait sous prétexte que j’aurais dû choisir quelqu’un d’autre? Que c’est à moi à vivre avec, en tant que femme qui accompagne son homme dans son épanouissement. Tsé quand j’ai choisi mon homme, je ne me suis pas dit que j’allais me sacrifier pour réaliser ses rêves à lui. C’est venu comme ça, parce que la vie nous a envoyé à des kilomètres de nos familles et par amour, sans réfléchir à l’avenir et à ce que ça nous apportera à nous la femme qui suit, on y va et on verra. C’est quoi la logique derrière cette phrase insignifiante? Le pire, c’est que la femme derrière cette phrase vide de sens, n’a jamais cherché à se valoriser ou se faire reconnaître. Par contre, elle s’est refermée sur elle-même. Cette fameuse phrase déplorable, péjorative et dégradante, l’a percutée, l’a frustrée, l’a enragée. Encore aujourd’hui, de retour dans mon pays comme je me suis toujours amusée à dire, quand j’entends quelqu’un dire cette petite phrase insouciante, ça vient me chercher à l’intérieur de moi. En fait la définition de cet énoncé est plutôt: « Qui prend mari: fait des sacrifices, doit s’adapter, met ses accomplissements sur pauses, est courageuse et audacieuse, est dévouée… » Qui prend mari, choisi l’amour tout simplement!

Maintenant, quand vous voyez la femme derrière l’homme qu’elle supporte, réfléchissez ne serait-ce qu’un instant à elle. À la force inouïe qu’elle incarne et au don de soi, à l’empathie et à la générosité qu’elle véhicule, mais aussi à la vulnérabilité cachée derrière son sourire.

Je termine.

« Derrière chaque grand homme se cache une femme ».

Ah ces petites phrases toutes faites…

Mychelle

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*