Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

La grossesse naïve, c’est terminé!

On t’avait dit que si tu te rendais à 12 semaines, tu pourrais enfin dormir tranquille. On t’avait dit à ton échographie qu’il était en parfaite santé. Quand tu as partagé au médecin chacune de tes petites inquiétudes, il t’a répondu de relaxer. Quand tu as été à la maternité «juste pour vérifier», on t’a fait écouter le coeur pour que tu retournes chez vous.

Parce que les bébés en pleine santé, les grossesses sans risques, ça se finit toujours bien. Pourquoi vérifier par une échographie, alors qu’on entend clairement son petit coeur battre? Parce que ton feeling de maman lui, y compte pas vraiment. Ça fait que tu es retournée chez toi la tête tranquille. Malgré ça, t’avais une angoisse au fond du ventre. De toute façon, pourquoi ça t’arriverait à toi? Bébé est rendu à 22 semaines t’as pu à t’en faire depuis bien longtemps! Lâche pas, tu vas l’avoir dans les bras bientôt.

Ça fait que ton petit bébé, il est décédé. Son petit coeur n’a pas su se rendre au bout de l’aventure. Dans ta tête tout s’est arrêté. T’as regardé le docteur, mais tu l’entendais pu vraiment parler. On aurait pu croire une scène de film quand tout se déroule au ralenti. On aurait pu croire à un cauchemar où tu allais bientôt te réveiller… Mais, non. Il était maintenant temps «d’expulser le produit de conception» qu’on t’a dit. «Bébé» n’était plus un mot approprié ça l’air.

Ton petit monde s’est écroulé. Ta vie, tes rêves, ta famille, ton chum, tes projets, ton congé de maternité BAM! Juste de même. Toute est fini.

Un accouchement douloureux sans Happy Ending. Un bébé sans pleurs que tu as expulsé sans un mot. Tu le prends un peu, on te photographie pis c’est fini.

Tu retournes à la maison avec la chambre du bébé prête. Tu retournes à la maison, mais tu n’es plus qui tu étais. Tu es partie à deux, mais tu reviens seule. Au lieu de ton bébé, c’est une boîte souvenirs en carton que tu tiens. Tu as les bras vide, le ventre vide et surtout le coeur vide.

Tu te retrouves au début de ta jeune vie d’adulte en train de faire des arrangements funéraires pour ton enfant que tu n’auras jamais connu. Disons que c’était pas ça le plan inital.

Partout où tu te trouves, il n’y a que ça des femmes enceintes pis des bébés. Pis toi, toute ça, ben on te l’a arraché.

Y peuvent bien sourire les petites femmes au bedon rond, mais pour toi, la grossesse naïve c’est terminé. La prochaine fois, s’il y a, tu vas attendre de l’avoir dans les bras pour te faire des idées.

T’essayes d’être positive, mais c’est pas facile quand on a un trou béant à la place du coeur.

Quand t’essayes de parler de ton enfant, tu te cogne à des portes fermés. Tu rends le monde mal à l’aise. On parle pas de ça, les bébés morts. Ça fait que tu restes seule avec ta peine. T’en feras un autre bébé: t’es jeune! Ce n’est pas si pire: tu ne l’as pas connus!

Quand tu entends des femmes se plaindre au sujet de leur grossesse ou de la maternité, tu ne peux t’empêcher d’avoir mal. Tout l’or du monde, tu le donnerais pour être à leur place. Ta vie, tu serais prête à la vendre pour te faire appeler «maman». Les symptômes de grossesses tu les voudrais en double pour pouvoir donner la vie.

Tu ne peux t’empêcher de pleurer en te regardant dans le mirroir. Ton corps est laid. Ton ventre est mou, tes seins sont pleins de lait et tu n’oses plus compter le nombre de vergetures qu’il y a. Tout est là pour te rappeller que ton enfant, lui, ne l’est plus.

J’espère que le soleil reviendra briller pour toi bientôt. Qu’un jour, il reviendra pour toi aussi ce sourire naïf pour ta bédaine. Je te souhaite de tout coeur de vivre ce moment où tu pourras enfin tenir ton bébé dans tes bras.

Je l’espère pour toi, mais finalement je me le souhaite surtout à moi.

– Nythia

En souvenirs de Logan parti trop tôt.

  • Palmitowl - Bonjour,

    C’est en découvrant l’un de vos articles publiés sur la page Facebook « Les Ailes des Par’Anges » que je me suis aventurée sur votre site.
    En tombant sur cet article, je me suis dit « quelle violence dans ces mots et dans ces émotions ». Et en effet, la perte d’un bébé est quelque chose d’extrêmement violent. Etre confronté à notre société lorsque l’on vit un deuil périnatal est violent. Voir d’autres femmes enceintes est violent. Les entendre parler de leur grossesse et de leur maternité est violent. Tout n’est que violence autour de nous tant le chagrin et l’incompréhension sont immenses.

    Je me suis retrouvée dans ce texte car j’ai ressenti exactement la même chose après la perte de mon fils à 8 mois de grossesse. Cette grossesse naïve, elle me parle complètement.

    Aujourd’hui, cette violence a majoritairement disparu. Mais je dois bien l’avouer, j’ai encore des ressentiments envers cette société et ce corps médical qui nous bourrent le crâne avec cette pensée qu’une fois que le 1er trimestre est passé, nous tiendrons forcément notre bébé en bonne santé dans nos bras. Et cette histoire de « feeling »… C’est tellement juste. Nous devrions tellement plus être à l’écoute des mères lorsqu’elles s’inquiètent… Il y a des choses qui ne s’expliquent pas et pourtant, on devrait faire confiance aux mamans et futures mamans lorsqu’elles sentent que quelque chose ne va pas, même si cela ne change rien à l’issue.

    Merci pour ce témoignage tellement réaliste.répondreannulé

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*