Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

Vole mon amour

Il y a maintenant un bon moment que j’ai dû te dire aurevoir. Non pas par désir, non pas par vouloir, simplement parce que la vie a décidé que tu ne pourrais continuer ton chemin avec moi, avec nous. Il y a maintenant plusieurs secondes, minutes, heures, jours, mois, années que ton être nous a quitté pour un monde dit « meilleur ». Maintenant que mon cœur déchiré s’est doucement recollé, maintenant que la souffrance a fait place à la tendresse, maintenant que mes pieds ont retrouvé leur place sur le sol, je tenais à te dire que je pense encore à toi et je t’aime tout autant.

Tu m’as appris qu’il y avait pire, que tout était relatif et que chaque petit bonheur valait la peine d’être vécu. Cela m’a pris beaucoup de temps à comprendre ton cour passage sur la terre, à comprendre pourquoi celui-ci ne pouvait pas se poursuivre. Maintenant je sais… ce moment est arrivé pour maintenant, pour aujourd’hui, pour chaque épreuve qui se dresse dans ma vie. Mon bel amour, le temps passe et je t’aime d’un amour si doux, si tendre et si simple. La frustration est partie et a fait place à la reconnaissance. Qui aurait cru… je n’aurais jamais dit cela il y a quelques années. La peine reste présente, mais enveloppée de la richesse qu’elle m’apporte.

Je me demande encore si je dois chaque année rappeler ton histoire, ta présence, l’amour que je porte pour toi. Impossible pour moi de passer à côté. Toi mon premier enfant, mon premier grand amour, ma plus grande peine, ma plus douce joie… une partie de mon cœur restera toujours avec toi. Ton souvenir reste ancré en moi. Notre vie trop courte ensemble, notre rencontre interrompue et le vide de ton départ font partie de mon histoire à moi, de la femme que je suis aujourd’hui. Il y a le avant ta naissance et le après. Comme une coupure dans mon histoire, un changement de direction sur ma route. Une page se tourne lorsqu’on prend dans nos bras ce que l’on aime le plus au monde et qu’on réalise qu’il ne fera jamais partie de notre vie, de notre avenir. Pourtant, tu fais partie de mon passé, de mon présent et de mon futur.  Je ne sais pas ce que serait ma famille avec toi, je sais seulement comment elle est sans toi… et surtout que tout cela est en grande partie grâce à toi. Tu as forgé la maman que je suis devenue et elle est teintée de ton court passage dans ma vie. Il m’arrive de te visualiser, à travers les enfants qui ont l’âge que tu aurais, en me disant que c’est là que tu serais, que c’est cela que tu ferais. Il m’arrive de me représenter notre vie avec toi, ton frère et ta sœur.

Aujourd’hui je dois avouer que je vais bien, très bien même. Je respire le vent qui arrive et goûte de plus en plus au bonheur. Aujourd’hui, je suis heureuse de la personne que je suis, de ce que la vie m’apporte et de ce qu’elle me fait découvrir. J’ai longtemps dit que je donnerais tout pour que tu reviennes, pour que tu sois là, mais cette phrase m’est maintenant impossible. Si tu étais là, ils n’y seraient pas. Non pas que je doive faire un choix, il a été fait pour moi, mais si tu étais dans ma vie, 2 petites personnes ne seraient pas les personnes qu’elles sont. La question a donc simplement arrêté d’exister. Je ne voudrais plus revenir en arrière. J’ai fait simplement, sans m’en rendre compte, la paix avec ton départ. Je dis cela et en même temps parfois, un certain vide s’installe en moi. Un deuil disent-ils… un deuil que je ne ferai jamais complètement. Ou peut-être l’ai-je fait, qui sait, a-t-on vraiment besoin de savoir. Tout ce que je sais, c’est qu’après toutes ces saisons qui ont passé depuis ton départ, je sens avoir trouvé ta place dans ma vie, celle que je veux et que je peux te laisser. Tes frères et sœurs connaissent ton existence, posent des questions et essaient de comprendre. Ils voient ton urne qui repose encore à la maison, il y a cette photo de toi qu’ils peuvent regarder, il y a cette lettre accrochée à mon cou, tes pieds ancrés dans mon dos et ton petit ange qu’on place dans le sapin à chaque année. Un jour peut-être ils auront la version complète, raconter comme une histoire arrivée à quelqu’un d’autre. Un jour je leur offrirai une petite partie de toi, de mes souvenirs, de notre histoire à nous.

Il y a maintenant un bon moment que je t’ai laissé partir, que je t’ai laissé quitter l’entièreté de mes pensées. Et même si j’ai lâché la corde du ballon qui me liait à toi, je sais que quelque part tu restes proche de mon cœur. Il y a ce petit quelque chose qui me lie à jamais à toi. Un jour toi et moi nous serons réunis. Je me plais à penser qu’il y a un monde qui me reliera à toi. Je te raconterai ma vie, comme elle a été belle, remplie de sourires et de bonheur. Un jour, mes cendres se mélangeront aux tiennes et nous resterons soudés pour l’éternité.

Comme à chaque année, à chaque anniversaire, je te le répète et te le souffle doucement… Vole mon amour, mais ne laisse pas le vent t’emporter loin de moi.

  • Élaine Boily - Ce texte est magnifique, quel splendeur entre la douceur et de déchirements !répondreannulé

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*