Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

Ton enfant, son bulletin, et le mien…

C’est cette magnifique période de l’année! Les bulletins arrivent, les rencontres de prof aussi! Et il y a toi! Tu ne te peux plus de mettre le magnifique bulletin de ton enfant sur les réseaux sociaux. Tu capotes, tu es fier, tu voudrais que la terre entière sache que ton enfant fait un travail merveilleux à l’école, qu’il a les meilleurs résultats et qu’il est le meilleur des élèves. Je voulais te dire que je suis heureuse pour toi, vraiment, très heureuse pour toi!

Mais moi ici, ça ne va pas exactement comme cela. L’école, c’est difficile pour mon enfant. Écouter, comprendre, respecter les règles, suivre la matière. Tous ces éléments rendent les journées de mon enfant un peu compliqué. L’école, ce n’est pas ma partie préférée du moment, de la journée. Toujours le questionnement à savoir comment ça a été, qu’est-ce qui s’est passé, si mon enfant a été « adéquat ». Pourtant, « adéquat », il l’est mon enfant. Il l’est de fin juin à fin août. Il l’est du vendredi 16 :00 au lundi 8 :00. Il est si adéquat le soir entre 16 :00 et l’heure du coucher.

J’aimerais tant que l’école soit la même pour ton enfant que le mien. Que ces journées soient les mêmes. Je voudrais que ce soit quelque chose qui le stimule, qui l’enivre, qui le fait sentir bien. L’école pour mon enfant reste complexe, une tâche à faire, un moment difficile à passer. J’aimerais sentir le bonheur de lire ses travaux ou son bulletin en famille ou lieu de ressentir l’angoisse de le lire dans un coin caché de la maison. J’aimerais avoir cette hâte que tu as d’afficher ses résultats devant tous et de démontrer comment il est bon et autonome.

Surtout, j’aimerais dormir la nuit. J’aimerais ne pas lire ou essayer de comprendre de plus en plus comment il fonctionne. J’aimerais retirer les spécialistes qui l’entourent et qui m’indiquent comment mon enfant fonctionne. J’aimerais cesser de chercher 200 000 trucs, astuces et idées pour le stimuler, lui permettre d’apprendre et surtout faire le tout en s’amusant. J’aimerais que mon cerveau cesse de s’inquiéter et de rouler à 50 000 à l’heure. Je voudrais tant ne pas me sentir responsable de son comportement, responsable de ses difficultés qu’il affronte et responsable des comportements qu’il a. J’aimerais être capable de comprendre que je ne suis pas responsable de tout, tout simplement.

Alors je te dis bravo pour les résultats de ton enfant. Je suis bien heureuse que tu en sois fière. Et même si je ne l’écris pas sur les réseaux sociaux, sache que je suis tout autant fière de mon enfant. Je suis fière des efforts qu’il fait, du plus qu’il donne et des améliorations qu’il a. Je suis fière des montagnes qu’il traverse, des rechutes qu’il fait et de la manière dont il se relève. Les épreuves nous apprennent tout autant, sinon plus!

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*