Je suis personne » C'est notre histoire à nous, nos pensées, notre vie.

Masthead header

C’est mon sein

Je ne sais pas trop ce qui se passe, il a changé. C’est mon sein, il n’est plus pareil et tout à coup, c’est comme s’il n’était plus mien. C’est à cause de lui que j’ai demandé un rendez-vous d’urgence chez le médecin. C’est mon sein, il prend toute la place dans mon esprit.

Il y a ce moment premier où je me dis que je ne dois pas paniquer. Il y a ce changement que j’ai vu en me demandant si ça allait partir. J’ai écrit sur internet, j’ai cherché et chaque fois j’arrivais au même signal d’alarme, à la même conclusion, au coup fatal qu’on ne veut pas recevoir. Puis j’ai demandé à l’amoureux si lui aussi voyait la même chose, s’il voyait que mon sein avait changé. L’amoureux a confirmé… mon sein n’est plus pareil, il faut aller vérifier. Il y a mon cerveau qui me dit que ce n’est rien, que mon corps change, que c’est normal. Il y a cet ange sur mon épaule qui ne cesse de me calmer, qui me dit que tout va bien aller, que le docteur va me dire que tout va passer. Il y a ce moment où j’ai confiance, où je me dis que c’est normal, qu’il ne faut pas paniquer.

Mais c’est mon sein, celui accroché sur mon corps, celui qui m’appartient. Et chaque fois que je le regarde, chaque fois que je le croise dans le miroir ou que je vérifie si j’ai bien vu, je remarque qu’il a changé. Il n’a plus la même apparence. Loin bien sûr de l’apparence qu’il avait à mes 18 ans alors que déjà je ne le trouvais pas particulièrement beau. Il avait déjà changé avec le temps, avec les allaitements, avec le fait d’avoir tiré mon lait plusieurs mois. Pourtant, je l’aime mon sein. C’est celui qui a nourri mes enfants, leur apportant ce qu’il y avait de mieux. C’est celui qui m’a fait ressentir du plaisir dans les moments privilégiés. Il n’a pas de bosses, pas de masses, mais il ne se ressemble plus. Quelque chose l’a atteint, l’a touché, et il faut découvrir ce que c’est. C’est mon sein, le mien, celui que je veux garder.

Je suis arrivée avec lui dans le bureau du médecin confiante que j’allais me faire dire que ce n’était rien, que tout allait bien et que c’était un changement normal ou probable. Et même si le visage du médecin restait stoïque face à ma situation, les mots « Mammographie d’urgence » ont résonné quelque peu en moi. C’est mon historique familiale qui n’est pas idéal, c’est un gêne qui se promène possiblement dans notre famille sans avoir été invité.

Et je retourne chez moi, rendez-vous dans 7 jours, à savoir si un cancer est en train de prendre possession de ce qui est ou était MON SEIN. 7 jours, c’est un rendez-vous rapide, c’est loin de ce qu’on entend à la télé avec les listes d’attente interminables. C’est court, et si long en même temps. 7 jours où je dois sans cesse me rappeler de penser à autre chose, que ce n’est rien de grave, que tout va bien aller. 7 jours où je ne dois pas me laisser envahir d’émotions négatives et par les pires pensées. 7 jours où je refais mon budget en me demandant si on va arriver avec 1 seul salaire. 7 jours à réfléchir à comment je pourrais l’annoncer à mes proches, à mon amoureux, à mes enfants… 7 jours à me refuser d’imaginer une bombe qui n’existe pas encore. Mais des bombes, il y en a tant eu dans notre petite famille, et la plupart occasionnées par moi… je ne veux simplement pas en créer une autre.

Et j’ai une pensée pour toutes ces femmes, toutes celles qui passent par là, toutes celles que je connais. Je regarde leur force, leur courage et la résilience qu’elles ont dû avoir. Et je me dis que si ça arrive, que je passerais au travers, du mieux que je peux. Je me dis que peu importe ce qui va arriver, tout ira bien, mais que je n’en ai pas envie… NON!!! Je n’en ai pas envie. Je ne veux pas créer une tempête autour de moi, je ne veux pas devenir une source de tristesse, de malheur, de peur, de peine, de tracas. JE N’EN AI PAS ENVIE. Pourtant, je sais que je n’ai plus aucun contrôle. Je devrai attendre le test, je devrai attendre les résultats, je devrai fort probablement attendre le suivi avant d’avoir la vraie réponse. Et d’ici ce temps… je devrai occuper mon esprit, éviter les miroirs, oublier que mon sein lui, il a changé, tout simplement changé…

Geneviève

  • Johanne Santerre - Mes pensées vont vers toi, je t’envoie un gros câlin tendresse ♥♥répondreannulé

Votre courriel n'est jamais publié ou partagé. Les champs requis sont indiqués *

*

*